Je ne résiste pas au plaisir de vous montrer quelques photos d’une expérience intéressante. Ayant toujours rêvé d’être dompteur (je comptais demander au dresseur d’un cirque d’entrer dans la cage aux fauves, mais mes enfants ne sont pas d’accord…), et trouvant malgré tout tigres, lions et surtout ours assez dangereux, j’ai décidé de commencer avec des animaux un peu plus dociles : les escargots. A noter toutefois qu’il ne faut pas sous-estimer la puissance de leurs mâchoires : si l’on écoute bien un gastéropode manger de la salade, on entend très distinctement le bruit presque terrifiant des « dents » découpant le légume.

Voici donc quelques photos d’un numéro mis au point en Bretagne, un jour (très rare..) où il pleuvait.

Tout dresseur sait bien que pour éviter les bagarres, chaque fauve doit apprendre à gagner son emplacement.

Il faut être impitoyable avec celui qui, profitant du moment où le dompteur a le dos tourné, quitte subrepticement son tabouret pour sauter sur un congénère voire le dresseur lui-même !

Le clou du numéro : le saut de la mort.

La bête se concentre avant l’effort :

Puis, au son du roulement de tambour, elle se lance.

Applaudissez !

Mais parfois, un jeune moins bien dressé et voulant recueillir à son tour les faveurs du public effectue le saut de la mort sans prévenir et atterrit sur un tabouret déjà pris, et dont l’occupant alors furieux -ce que l’on voit parfaitement sur ces photos – défend âprement son territoire.

Pour rétablir l’ordre parmi les bêtes féroces, le dompteur doit alors parfois brandir la menace qui calmera même les plus rétifs.