LA VALEUR D’UN BRONZE : « CHEVAL A L’ENTRAINEMENT ET SON LAD » PAR A. DU PASSAGE

Il est temps de renouer avec les notes sur « La valeur d’un bronze« , la dernière datant d’avril 2015. Depuis cette date, j’ai reçu plus une soixantaine de demandes d’avis, auxquelles j’ai répondu systématiquement, mais je n’ai guère vu d’œuvres susceptible de faire l’objet d’une note : artistes déjà étudiés plusieurs fois (les bronzes de Barye, Mêne et Delabrierre sont les sculpteurs dont on me soumet le plus souvent les créations), copies et fontes tardives sans beaucoup d’intérêt, photos de trop mauvaise qualité pour pouvoir les publier ici, etc.

Mais voici une belle sculpture d’un artiste dont je n’ai pas encore parlé : le Comte du Passage.

Passage 1.jpg

Monsieur T. me soumet d’excellentes photos d’une très grande pièce mesurant 110 cm de long, 45 cm de large et presque 70 cm de haut : « Cheval à l’entraînement et son lad« .

Arthur Marie Gabriel Comte du Passage est né à Frohen-Le-Grand dans la Somme en 1838 et y est mort en 1909, au château de Bernaville. Il commença une carrière militaire et pratiqua en même temps la sculpture auprès de maîtres illustres : Barye et Mêne. Alors qu’il est sous-lieutenant à Maubeuge, il expose au Salon en 1865. Il réalise aussi des dessins de sport publiés dans les journaux de l’époque. Toutefois, à cette époque de sa vie, il considère tout cela comme une simple formation artistique et n’envisage pas de quitter la carrière militaire pour l’art.

P1130321.JPG

Hippodrome de Lyon Parilly
C’est en 1862 qu’une lourde chute de cheval le handicape définitivement et qu’il doit quitter le métier des armes. S’il a les plus grandes difficultés à se déplacer à pied, il peut encore monter à cheval et suivra de nombreuses chasses à courre. Par ailleurs, il se lie d’amitié avec Toulouse-Lautrec.
Le sculpteur travaillait dans son atelier, au château de Bernaville à Frohen, et envoyait régulièrement ses œuvres au Salon des Artistes Français.

FH000013.JPG

Arthur du Passage a deux proches également artistes : son fils Edouard-Guy, essentiellement peintre et aquarelliste, et son frère Charles-Marie (1848-1926), sculpteur animalier dont l’œuvre tourne essentiellement autour de la chasse.
Tout ceci est décrit notamment dans deux ouvrages : le Dictionnaire des bronzes du XIXème siècle, par Pierre Kjellberg (Editions de l’Amateur), et dans “A nos chevaux et à ceux qui les sculptent”, de Guy de Labretoigne, très beau livre paru récemment (Art-Select). Notre bronze est d’ailleurs reproduit en photo dans ces deux livres.

Labretoigne couv.JPG

 « A nos chevaux et à ceux qui les sculptent » – G. de Labretoigne
Arthur du Passage a réalisé un nombre relativement limité de modèles, essentiellement des chevaux et cavaliers mais aussi quelques chiens, un lièvre, un chevreuil attaqué par deux chiens. Parmi ses œuvres, j’ai relevé un très beau “Cheval marchant avec son lad” et un “Contrebandier” intéressant. Le cheval et le lad étaient visiblement des sujets de prédilection puisqu’il fit aussi une “Jument sanglé par son lad” et donc ce “Cheval à l’entraînement avec son lad”. On ne connaît pas toujours ses fondeurs, mais il y eut au moins Colin, bien connu et apprécié, et Boudet. Notre internaute n’a pas vu de cachet de fondeur, mais il peut être difficile à distinguer.

Passage 2.jpg

Ce modèle est très connu et a été fondu en plusieurs exemplaires. Personnellement, je lui trouve comme petit défaut que le cheval semble un peu trop bas, trop près du sol, et qu’il aurait été plus élégant en étant un rien plus en hauteur. Mais c’est néanmoins une très belle pièce, très dynamique et originale. Dans les plus belles ciselures, comme celle-ci, on voit bien les veines sur la peau du cheval.
Comme souvent avec les grandes œuvres du Comte du Passage, il a été fondu en plusieurs tailles : 45 cm, 63 cm et donc, comme celui-ci, 110 cm de long. D’après les résultats des salles des ventes, il existerait même encore d’autres tailles, mais il s’agit probablement d’erreurs de mesure.
Ce « Cheval à l’entraînement avec son lad » passe souvent en salle des ventes car il a certainement connu beaucoup de succès à l’époque de l’artiste, très connu de son vivant.

Passage 5.jpg

Voici quelques résultats plus ou moins récents selon la taille. Il faut garder en mémoire, en lisant ces chiffres, que le prix des bronzes anciens connaît une baisse sensible depuis quelques années, et encore plus depuis environ un an, comme beaucoup d’antiquités d’ailleurs.
En 110 cm :
– Uppsala (Suède) en juin 2015 : adjugé à l’équivalent de 22 500 €
– Bayeux en avril 2014 : adjugé à 70 000 €
– Paris en 2008 : adjugé à 36 000 Euros
– St Germain en Laye en déc. 2006 : estimé 32 000 à 35 000 Euros, il n’a pas été vendu.
– Deauville en août 2006 : estimé 50 000 à 60 000 Euros, il n’a pas été vendu.
– Calais en 2003 : adjugé à 15 000 Euros.
Pour information, le modèle mesurant 63 cm de long a été adjugé ces dernières années entre 20 000 € en 2007 à Londres et 6200 € en octobre 2013 à Chartres. Quant au modèle de 45 cm, il a été adjugé entre 6500 € en 2011 à Paris et 2800 € en 2013 à Anvers.
 Passage 3.jpg
Ce modèle a donc l’inconvénient d’être assez courant et un peu marqué par son époque, mais il a l’avantage d’être très beau, dynamique, signé par un très bon sculpteur et d’avoir un petit côté anglais assez plaisant.
L’exemplaire de notre internaute a deux intérêts majeurs : il est très grand et de très belle qualité, me semble-t-il et autant qu’on puisse en juger sur photos. Si son propriétaire a la preuve qu’il a été acheté à l’artiste, comme il l’affirme, c’est un atout important.
Je pense qu’aujourd’hui, en tenant compte de la tendance à la baisse des prix et des résultats de vente, le modèle en 110 cm pourrait être estimé autour de 25 000 Euros, celui en 63 cm autour de 6000 Euros, celui en 45 cm autour de 4000 Euros (NB : il s’agit là d’estimations hors frais acheteur et hors frais vendeur, ces frais étant de nos jours de l’ordre de 24% à 29%). Mais nous avons vu un très beau résultat à Bayeux en avril 2014. C’est même un chiffre exceptionnel.
Si un document atteste la très bonne origine de notre exemplaire, s’il présente un bon cachet de fondeur, il n’est pas exclu que, sans renouveler cet exploit, ce beau bronze puisse atteindre les 40 000 ou 50 000 Euros.

LA VALEUR D’UN BRONZE : « LIONNE RAPPORTANT UN MARCASSIN A SES LIONCEAUX » DE A.CAIN

Nous allons parler cette fois d’un très bon sculpteur sur qui je n’avais pas encore fait de note : Auguste Cain. Monsieur K. m’a en effet envoyé quelques photos d’un grand bronze de ce sculpteur : on y voit un fauve tenant dans sa gueule un jeune sanglier ; trois lionceaux lui font bon accueil.

IMG_7462.JPG

Auguste Cain est né Paris en 1821 et y est mort en 1894. Un article d’un journal de 1879 l’appelait “le statuaire des lions et des tigres”. Cain a eu un parcours étonnant puisqu’il fut d’abord apprenti boucher avant de commencer la sculpture sur bois chez Alexandre Guionnet puis chez le grand Rude, le sculpteur de La Marseillaise de l’Arc-de-Triomphe de l’Etoile à Paris.
IMG_7468.JPG
Il épousa Julie Mêne, la fille de Pierre-Jules Mêne et il fut là à bonne école. On apprend d’ailleurs en lisant la vie de Mêne que les parents Mêne et les enfants Cain partageaient la même grande maison. Après la mort de Mêne, c’est d’ailleurs Julie Cain puis les enfants Cain qui superviseront – très bien – l’édition des bronzes de PJ Mêne.
Cain a, dans une première partie de sa vie, surtout modelé de petits modèles qui seront fondus en bronze, notamment chez Susse (après sa mort). Puis, à partir de 1868, il est accaparé par des grandes commandes de l’Etat, objectif que souhaite atteindre tout sculpteur. A l’entrée des Tuileries, de chaque côté du grand escalier, on peut admirer deux très grands groupes : Lion et lionne se disputant un sanglier, et Tigres attaquant un rhinocéros. Dans le jardin des Tuileries, on trouve encore plusieurs œuvres de Cain, ainsi qu’à Chantilly. Certains de ces modèles ont été édités en petite taille, et bien souvent en plusieurs tailles différentes. C’est le cas par exemple du lion ayant tué une autruche.

IMG00173.jpg

 Rhinocéros attaqué par deux tigresIMG00169.jpg

Lion et lionne se disputant un sanglier

Auguste Cain a participé au Salon des Artistes Français de 1846 à sa mort. Selon le Dictionnaire des bronzes du XIXème (P.Kjelleberg), de son vivant, Cain a fait fondre ses bronzes dans la fonderie de son beau-père Pierre-Jules Mêne. Mais selon MM.Poletti et Richarme (Catalogue raisonné des bronzes de PJ Mêne), Mêne n’a jamais eu de fonderie ! J’avoue avoir plutôt tendance à croire MM.Poletti et Richarme car aucun bronze de Mêne ne porte une quelconque marque de sa propre fonderie. Cain et Mêne faisaient donc certainement fondre leurs bronzes chez divers sous-traitants dont ils surveillaient très étroitement le travail. Après la mort de Cain, ses bronzes seront principalement édités par Susse (comme celui de notre internaute) et parfois Barbedienne. Les grands bronzes seront fondus par Thiébaut, Gonon, Barbedienne et d’autres grands fondeurs.

P1080501.JPG

 Lion ayant tué une autruche (petit modèle)
Dans le catalogue ancien des bronzes de Cain, Susse propose deux versions pour notre bronze : l’une au prix de 1300 francs avec un seul lionceau, l’autre au prix de 1600 francs avec trois lionceaux. Les deux ont pour longueur 62 cm de haut mais la version 1 lionceau mesure 76 cm de long contre 87 cm pour la version 3 lionceaux. Il est précisé qu’il s’agit d’une “Lionne rapportant un marcassin” et non un sanglier.

P1080355.JPG

Coq sur un panier (petit modèle) – A.Cain

Le thème du fauve rapportant du gibier à ses petits a été exploré de deux façons par Cain : d’une part la lionne rapportant un marcassin, d’autre part le tigre rapportant un paon (et qui existe également en deux tailles). On ne peut s’empêcher de rapprocher ces bronzes de celui de Delabrierre (1829-1912) : “lion rapportant un lièvre à ses lionceaux” ou “Premier gibier”, mais le modèle de Cain est beaucoup plus beau, même si, comme dans celui de son confrère, le fauve est un peu trop triomphant et fier de lui. Dans le bronze de Cain, la lionne aurait eu la tête baissée vers ses petits, la scène aurait été beaucoup plus naturelle. Le marcassin est admirable : on croit le voir encore vivant se secouer et agiter ses pattes dans l’espoir vain de desserrer l’étau de la mâchoire du félin.
Il faudrait voir ce bronze en vrai mais le modèle qui nous est présenté semble être une bonne fonte : la signature du fondeur (la fonderie Susse existe d’ailleurs toujours), la ciselure, la patine le montrent. C’est probablement une fonte ancienne, postérieure à 1894 mais qui pourrait être du début XXème.

P1060031.JPG

Coq (petit modèle) – A.Cain

Quelle valeur donner à ce grand bronze ?
Il a pour avantage d’être grand, en bon état, d’être d’un très bon sculpteur et de porter l’estampille de Susse, même si cela signifie donc fonte posthume. Toutefois, c’est un modèle un peu “pompier”, avec la lionne – dont la tête est d’ailleurs un peu celle d’un tigre, avec ses favoris – si fière d’elle, et certains amateurs peuvent la juger, à tort selon moi, un peu trop cruelle. Enfin, c’est un sujet qui a été assez abondamment édité et que l’on trouve donc régulièrement en salle des ventes. Tout ceci fait que, comme pour la tigresse apportant un paon à ses petits, il n’a pas une valeur toujours aussi élevée qu’on pourrait s’y attendre pour un modèle de cette taille.

IMG_7462 zoom.jpg

Voici quelques résultats relevés en salle des ventes :
– Issy les Moulineaux en nov. 2014 : estimé 1500 à 2000 € (ce qui est quand même très faible !), il a été adjugé à 3500 €
– Doullens en déc 2013 : il était estimé 7500  à 9000 €, ce qui cette fois me semble beaucoup trop élevé, mais je n’ai pas le résultat des enchères
Il a été mis en vente à Reims trois fois fin 2004 puis courant 2005, mais je n’ai pas les résultats. Il a probablement été vendu la 3ème fois donc il ne l’a pas été la 2ème alors qu’il était estimé 3000 à 4000 €
– Lyons la Forêt en mars 2003 : il a été adjugé à 1700 € mais il s’agissait d’une version plus petite (45 cm)
– Paris en nov. 2002 : adjugé à 4000 €
J’arrête là l’énumération, mais on le trouve bien souvent en ventes à des dates plus anciennes, avec des résultats extrêmement variables, qui vont de 2000 € à 13 000 € (ce chiffre reste néanmoins un peu exceptionnel et se rapportait probablement à une excellente fonte du vivant de Cain).
Je pense qu’en fonte Susse, donc posthume, dans un contexte de baisse du prix des bronzes animaliers anciens (XIXème), notre bronze pourrait être estimé autour de 3500 voire 4000 €, ce qui resterait à confirmer en voyant le bronze « en vrai ».

Vous avez un bronze animalier et vous voulez connaître son histoire, sa valeur, en savoir plus sur l’artiste ? Envoyez-moi les dimensions exactes et des photos très nettes (10 Mo max. par mail) de l’ensemble du bronze, du dessous du socle, de la signature, le cas échéant de la marque du fondeur. Mais inutile de laisser une demande en commentaire de cette note : il faut envoyer vos éléments à damiencolcombet@free.fr

LA VALEUR D’UN BRONZE : « LE CHEVAL LIBRE » DE P.-J. MÊNE

Je n’avais pas présenté de note sur la valeur d’un bronze depuis longtemps : la dernière date de février 2014. Je m’efforcerai de le faire un peu plus souvent désormais et pour m’y remettre, voici une oeuvre apparemment séduisante mais qui doit être un peu « décodée ».

DSC_0032.JPG

J’ai déjà parlé à plusieurs reprises sur ce site des « faux » bronzes et vous pouvez vous reporter à ces quatre notes :

http://www.damiencolcombet.com/archive/2006/05/23/un-bron…

http://www.damiencolcombet.com/archive/2006/05/24/et-les-…

http://www.damiencolcombet.com/archive/2010/09/13/la-vale…

http://www.damiencolcombet.com/archive/2013/06/23/la-vale…

Le bronze soumis aujourd’hui par un collectionneur est inspiré du « Cheval libre » de Pierre-Jules Mêne, œuvre créée vers 1851 et existant en plusieurs dimensions, avec de légères variantes. Ce cheval est lui-même extrait, toujours avec quelques modifications, de la scène appelée « L’accolade » où figurent deux chevaux tête-bêche.

DSC_0041.JPG

Cet exemplaire est malheureusement une copie du bronze de Mêne. Son “Cheval libre” a été édité en de nombreux exemplaires, comme c’est toujours le cas avec les bronzes de Mêne et de la plupart des autres sculpteurs, mais il faut distinguer les “bons tirages” reproduisant fidèlement le chef-modèle de l’artiste et les copies et surmoulages, très éloignés par leur qualité du modèle initial.

Ce modèle présente plusieurs caractéristiques absolument rédhibitoires : une ciselure très insuffisante, des différences par rapport au « vrai » modèle dans l’allure générale du cheval (tête, crinière, queue, rectitude des jambes du cheval, cuisses trop creusées, …), une terrasse (le socle en bronze) dont le bord est trop irrégulier alors que Mêne était extrêmement attentif à la parfaite réalisation des terrasses, une patine trop uniforme et faisant un peu plastique, des petits trous et manques à la surface du bronze. La présence d’un marbre, quelques détails comme les dents ou une signature assez bien imitée ne doivent pas faire illusion.

DSC_0033.JPG

Enfin, les dimensions qui m’ont été indiquées ne sont pas du tout celles du modèle de Mêne, qui mesure (pour la terrasse) soit 39 cm de long (version n°1) soit 20,7 cm de long (version n°2).

Par conséquent, en salle des ventes ou chez un marchand, ce modèle ne pourrait pas être appelé “bronze de Mêne” mais “d’après Mêne”. Les caractéristiques évoquées plus haut et donc cette appellation “d’après” lui retireraient presque toute valeur en salle des ventes, ce qui sert d’indication pour estimer une œuvre.

DSC_0040.JPG

Il faut donc admettre que ce cheval a une valeur éventuellement sentimentale mais n’a guère de valeur marchande : je pense qu’il ne pourrait pas être vendu plus de quelques centaines d’Euros en salle des ventes, si tant est qu’il soit accepté à la vente par un commissaire-priseur.

Vous avez un bronze animalier et vous voulez connaître son histoire, sa valeur, en savoir plus sur l’artiste ? Envoyez-moi les dimensions exactes et des photos très nettes (10 Mo max. par mail) de l’ensemble du bronze, du dessous du socle, de la signature, le cas échéant de la marque du fondeur. Mais inutile de laisser une demande en commentaire de cette note : il faut envoyer vos éléments à damiencolcombet@free.fr

LA VALEUR D’UN BRONZE : « ANE BRAYANT » DE E.NAVELLIER

Voici une nouvelle demande à propos d’un beau bronze, qui plus est d’un artiste dont je n’ai encore guère parlé ici : Edouard Navellier. C’est M. Loïc L. de Dinan qui m’envoie quelques photos de cet âne brayant, ou « braillant » comme mentionné dans « Les bronzes du XIXème » de P.Kjellberg. Mais après tout, un âne peut bien braire ou brailler…

P1120428.JPG

Edouard Navellier est né à Paris en 1865 et mort à Laroche-Migennes dans l’Yonne en 1944. Fils d’imprimeur, il apprend la gravure avec son père mais à la suite d’un accident qui le laissera infirme, il se tourne vers la peinture puis, à l’occasion d’une visite à Paris dans ce Jardin des Plantes qui a nourrit l’inspiration de tant d’artistes, il se lance en autodidacte dans la sculpture animalière. Comme Rembrandt Bugatti (1885-1916), il étudiera aussi les animaux au zoo d’Anvers.

P1120424.JPG

Il a commencé à exposer ses œuvres au Salon des Artistes français en 1895 puis au Salon d’Automne en 1903. Il y recevra plusieurs médailles. Le Salon d’automne lui consacrera d’ailleurs une rétrospective en 1945, un an après sa mort.

P1120421.JPG

Navellier a créé environ 80 modèles. Selon le « Dictionnaire des sculpteurs animaliers » du Dr Hachet, on ne peut rattacher cet artiste à aucun courant existant à l’époque. On peut en effet discerner plusieurs styles dans ses bronzes : certains sont parfaitement finis, très figuratifs, comme le magnifique « Grand rhinocéros debout » qui, avec « Il Passe ! » (éléphant écrasant des pélicans), est l’une de ses œuvres les plus connues. Mais on peut aussi voir dans certains autres comme notre âne justement le travail brut du sculpteur, qui ne cherche pas à lisser la surface mais à laisser visible la force des coups de spatules et d’ébauchoirs. Le beau taureau ci-dessous se situe lui dans le style de Rosa ou Isidore Bonheur.

P1120528.JPG

Navellier a créé une grande diversité d’animaux : chevaux, taureau, âne, éléphant, chat bien sûr, mais aussi kangourous, ours, buffle, bison, zébu, brebis, lionne, chevreuil, etc. Ses bronzes sont en général de très bonne facture car l’artiste les ciselait et les patinait souvent lui-même. C’est précisément le cas de notre âne, nous dit P.Kjellberg dans son ouvrage de référence « Les bronzes du XIXème ». Il le date de 1907.

P1120423.JPG

Avec sa chaude patine marron et noire, cet âne, qui mesure 35 cm de long et 24 cm de haut est superbe : les pattes fines, les sabots petits, le ventre rebondi, le cou étroit, il fait connaître par son affreux cri de poulie rouillée son mécontentement d’être seul. Sa bouche grande ouverte lui donne un air benêt et le collier qu’il porte au cou semble bien lourd. A sa taille, on devine que ce n’est pas un petit âne arabe comme en a modelé Caïn, mais plutôt une grande bête du Cotentin. Quel talent pour saisir ainsi sur le vif cette scène et la rendre si vivante !

P1120426.JPG

La cote de Navellier sur le marché est assez mystérieuse : ses œuvres sont rares en galerie comme en salle des ventes (45 résultats seulement sur Artprice à comparer par exemple avec plus de 6000 ventes pour Barye), elles sont très souvent d’excellentes qualité et pourtant elles ne sont pas toujours hors de prix. A titre d’exemple, un magnifique cheval au licol de plus de 30 cm de long est généralement adjugé autour de 1600 Euros, ce qui est très raisonnable. Plusieurs pièces estimées autour de 4000 Euros ne trouvent pas preneur. Et puis au contraire, certaines estimations s’envolent avec des adjudications à 5000, 9000, 12000 Euros voire bien plus tel ce rhinocéros vendu à Londres en 2009 à plus de 15000 Euros.

P1120430.JPG

L’âne de notre internaute n’atteindrait sans doute pas la cote du rhinocéros, qui se situe toujours au plus haut des ventes d’œuvres de Navellier, mais il possède de nombreux atouts : c’est un sujet plaisant, très bien réalisé, qui a une histoire particulière puisqu’il a été édité, ciselé et patiné par l’artiste lui-même et a été présenté au Salon. Son passage en salle des ventes est rarissime, semble-t-il, ce qui d’ailleurs empêche toute référence de prix. Intuitivement, je pense donc qu’avec un tel pedigree, notre âne brayant pourrait être estimé autour de 2500 Euros, mais il n’est pas impossible qu’en vente un passionné fasse monter bien plus haut cette estimation.

LA VALEUR D’UN BRONZE : « LE BOUQUETIN MORT » DE A.-L. BARYE

Monsieur Romain L. de Nantes possède un bronze signé Barye et me demande quelle est sa valeur.

P1120916.JPG

Il s’agit du « Bouquetin mort », d’Antoine-Louis Barye (1795-1875). En ayant souvent parlé sur ce site, je ne reviendrai pas longuement ici sur la vie et l’oeuvre de Barye, ce très grand artiste à l’origine de la prestigieuse école française de la sculpture animalière souvent qualifiée de romantique, bien que ce terme ne me semble guère appropriée. On entend généralement par là que Barye a introduit une rupture avec la sculpture animalière d’alors, assez figée et représentant le plus souvent un personnage célèbre à cheval, un lion dans une pose hiératique, un aigle martial. Barye a en effet représenté des animaux sauvages et domestiques très variés, du hibou au gnou, du lapin au dromadaire, et dans des attitudes naturelles. L’adjectif de « naturaliste » lui conviendrait donc beaucoup mieux.

P1120917.JPG

Pour créer ses sculptures, Barye a longuement observé les animaux notamment à la Ménagerie du Jardin des Plantes. Pour comprendre la nouveauté de ce courant artistique, il faut réaliser que les zoos ouverts au public sont une grande nouveauté en ce début du XIXème siècle : jusqu’à présent, les zoos étaient la propriété de quelques rois et princes et l’homme de la rue ne pouvait observer que les bêtes présentées dans les cirques et ménageries ambulantes, qui ne devaient probablement détenir que des singes, ours et autres animaux beaucoup moins intéressants que les grands fauves ou les pachydermes.

P1120918.JPG

L’animal ici représenté ne fait pas partie, bien sûr, de la catégorie des animaux exotiques mais c’est peut-être à la Ménagerie que Barye, qui n’a jamais quitté Paris, a observé ce bouquetin, à moins que ce ne soit quelque chasseur qui le lui ait soumis, en supposant qu’il se soit correctement conservé. Quoiqu’il en soit, le bouquetin est un sujet que Barye a travaillé à plusieurs reprises, plutôt en petites tailles. En témoigne par exemple ce « Bouquetin effrayé » mesurant moins de 10 cm de long. Il existe également un bouquetin debout, fort joli. Il faut se méfier du titre des œuvres proposées en salle des ventes car il y a parfois des erreurs : récemment, un modèle identique à celui de notre collectionneur était annoncé comme « Bouc couché ». Un kevel (petite gazelle) de Barye a également porté ce nom erroné dans un catalogue de vente. Et même dans l’excellent « Catalogue raisonné des bronzes de Barye« , ouvrage de référence de MM.Poletti et Richarme Gallimard, un groupe de mouflons est appelé « Famille de bouquetins ».

P1090977.JPG

Barye n’est pas le seul à avoir été inspiré par ce bel animal : Dubucand (1828-1894), par exemple, a réalisé le grand bouquetin ci-dessous.

P1060611.JPG

Revenons à notre bronze de Barye : il a été édité pour la première fois vers 1874, donc tout à fait à la fin de la vie de Barye. Le musée du Louvre en conserve le modèle en plâtre et le chef-modèle en bronze. En fait, comme expliqué dans « La griffe et la dent » édité par ce musée, il s’agirait d’une reprise d’une des pièces constitutives du grand surtout de table commandé à Aimé Chenavard et Antoine-Louis Barye en 1834 par le Duc d’Orléans. Terminé en 1838 et porté aux Tuileries en 1839, ce spectaculaire ensemble comprenait au centre une Chasse au tigre à dos d’éléphant et aux quatre coins des duels animaliers : Un lion et un sanglier, Un python étouffant un gnou, Un tigre renversant une grande antilope et Un aigle qui vient de s’abattre sur un bouquetin mort. Il faut encore mentionner quatre scènes de chasse entourant le surtout : Chasse au lion, Chasse au taureau sauvage, Chasse à l’ours et Chasse à l’élan. Je recommande vivement d’aller admirer, au Louvre, le modèle en plâtre de ces scènes extraordinaires.

Louvre 3.jpg

Pour reprendre les termes de « La griffe et la dent », « cette monumentale création va constituer pour Barye un vivier riche de modèles et de schémas dans lequel il puisera tout au long de sa vie ». Effectivement, Barye va éditer presque en l’état le Sanglier blessé ainsi que Le bouquetin mort, et reprendra avec quelques transformations des fragments des autres scènes.

P1120924.JPG

Le Catalogue raisonné précise que l’édition du vivant de Barye de ce Bouquetin mort fut extrêmement réduite – ce qui semble logique puisque Barye a disparu l’année suivante – et que les éditions posthumes par Barbedienne sont également peu nombreuses. La représentation d’un animal mort peut avoir déplu aux collectionneurs. Mais justement, ce sont les modèles les plus rares qui sont aujourd’hui les plus recherchés : posséder ce bouquetin mort, même en fonte posthume, est beaucoup plus intéressant que d’avoir dans sa collection un Barye édité à des dizaines voire des centaines d’exemplaires et que l’on peut retrouver chaque semaine ou presque dans la Gazette de Drouot.

P1120919.JPG

Les dimensions du bronze de notre internaute sont les suivantes : 30,2 cm de long x 19 cm de large (terrasse). A quelques millimètres près, ce sont bien celles mentionnées dans le Catalogue raisonné. Mais il n’y avait de toutes façons aucun doute possible sur l’authenticité de ce bronze : outre sa rareté, la finesse de sa ciselure et la qualité de la patine, il porte la marque du fondeur F.Barbedienne Fondeur et surtout le « cachet or » avec les initiales FB, qui date avec certitude une fonte des années 1876-1889.

P1120920.JPG

Monsieur L. possède donc une pièce absolument remarquable : très rare, parfaitement fondue et ciselée, elle s’inscrit dans une histoire prestigieuse – le surtout du Duc d’Orléans – et elle peut-être datée avec certitude du XIXème siècle. Et pour l’anecdote, on retrouve sur des croquis de Barye une étude au crayon de l’entrecroisement des pattes postérieures du bouquetin.

P1120922.JPG

Pour une pièce si rare, il est difficile de trouver des estimations en salle des ventes. J’ai relevé toutefois les deux éléments suivants :

– New York en octobre 1992 pour « L’aigle terrassant un bouquetin mort » : adjugé à l’équivalent de 9700 Euros, mais il n’est pas dit s’il portait une marque de fondeur ;

– Saint-Germain-en-Laye en octobre 2012 cette fois pour le même modèle que celui de notre internaute, en fonte Barbedienne mais sans cachet or : estimé 6000 à 8000 Euros mais invendu.

Bien qu’un animal mort puisse décourager certains acheteurs et que le prix des bronzes anciens ait tendance à baisser, un véritable collectionneur des bronzes de Barye ne devrait pas hésiter devant une telle pièce en fonte ancienne cachet or. Il me semble donc qu’une bonne estimation pour ce bouquetin serait de l’ordre de 6000 Euros.

Si vous possédez un bronze animalier et que vous voulez connaître son histoire et sa valeur, envoyez-moi des photos très nettes (vue d’ensemble, dessous, signature, marque éventuelle du fondeur) et ses dimensions précises à damiencolcombet@free.fr et je vous répondrai.