Nouvelle création : la baleine à bosse

Les plus attentifs auront remarqué une nouvelle venue, encore en terre, dans la page « Les oeuvres » : la Baleine à bosse, également appelée Jubarte.

Bronze sculpture Colcombet baleine à bosse

Après le cachalot, la baleine bleue, les orques, les narvals, voici un nouveau membre de l’ordre des Cétacés, ces mammifères marins bien connus où l’on retrouve aussi les dauphins, bélugas, marsouins, faux épaulards, etc. et de nombreuses espèces de baleines. Rappelons que ces animaux ne sont pas des poissons, qu’ils n’ont pas de branchies et doivent donc remonter régulièrement à la surface pour respirer.

Bronze sculpture Colcombet baleine à bosse

La baleine bleue – ou rorqual bleu – est la géante de la famille : 20 à 25 mètres de long (le record est de 33 mètres !) et plus de 130 tonnes soit l’équivalent de plus de 30 éléphants. En mars 2020, j’ai rédigé une note sur ce bel animal et vous pouvez la retrouver ici : http://colcombet.com/nouvelle-creation-la-baleine-bleue/

Bronze sculpture Colcombet baleine bleue

La baleine bleue, géante des océans – Bronze

Plus petite, la baleine à bosse a des dimensions proches de celles de la baleine grise : 13 à 17 mètres de long  et jusqu’à 40 tonnes. Sa durée d’immersion est de 3 à 15 minutes, bien plus courte donc que celle du champion d’apnée, le cachalot, qui peut plonger une heure à plus de 2 000 mètres de profondeur.

Sculpture bronze Colcombet cachalots

Cachalot et son petiot – Bronze

La baleine à bosse se reconnaît immédiatement à ses immenses nageoires, qui mesurent environ un tiers de la longueur du corps de l’animal. Ces grandes palettes étroites, qui valent à cette espèce le nom de Megaptère (« Grandes ailes »), sont bordées d’excroissances leur donnant un aspect irrégulier. On retrouve également des protubérances, souvent garnies de balanes, sur la tête, autour de la lèvre supérieure et sur une ligne droite reliant l’évent au bout du museau. Sous l’extrémité de la lèvre inférieure, la baleine à bosse présente une sorte de menton carrée caractéristique. Toutefois, le nom de Baleine à bosse ne vient pas de toutes ces excroissances diverses mais du dos bien arrondi qu’elle montre lorsqu’elle plonge.

Baleine à bosse

La « bosse » de la baleine du même nom – Photo : Azurfrog – Wikipedia

Comme les rorquals, les baleines grises et les baleines franches, les baleines à bosse font partie du sous-ordre des Mysticètes ou baleines à fanons, tandis que les cachalots, orques, dauphins, marsouins sont des Odontocètes ou baleines à dents. La baleine à bosse possède sur le palais plusieurs centaines de fanons, qui jouent le rôle de filtres. Cernant ses proies – des bancs de petites crevettes appelés krill ou de petits poissons – notamment en émettant des rideaux de bulle, la baleine ouvre très largement la gueule et engouffre un incroyable volume d’eau avant de le rejeter et de garder dans ses fanons les petites bêtes. Et si par mégarde, nageant près des côtes, la baleine « avale » un plongeur, un nageur ou un kayakiste, elle le recrache aussitôt. Les plis sous la gorge et le ventre de la baleine en permettent une importante extension comme on peut le voir sur cette vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=XsIGXNuT0VQ

Baleine à bosse

Le saut d’une baleine à bosse – Photo : Wwelles14 – Wikipedia

L’un des comportements les plus connus de la baleine à bosse est le saut hors de l’eau et le claquement de queue ou de nageoire à la surface de l’eau. Les sauts provoquent parfois des accidents, comme dans cette vidéo bien connue où l’on voit un cétacé s’abattre sur le pont d’un voilier et l’endommager sérieusement. On ne connaît pas exactement les raisons de ces excentricités auxquelles ne se livre pas la très raisonnable baleine bleue. Les hypothèses pour les expliquer ne manquent pas et un petit livre assez poétique a même été écrit sur le sujet :

Baleine à bosse livre

Les baleines adultes ont peu de prédateurs mais les plus jeunes peuvent être attaquées par des requins ou des orques. L’homme a beaucoup chassé les baleines durant la première moitié du XXème siècle, abattant environ 200 000 animaux et faisant ainsi disparaître environ 90% de la population mondiale des baleines à bosse. Aujourd’hui, les effectifs de ces cétacés se reconstitue bien et peut être estimée à 35 000 individus. Grandes voyageuses, les baleines à bosse sont présentes dans presque toutes les mers du globe. Il arrive même que l’une d’entre elle s’égare en Bretagne nord, comme ici, entre Saint-Cast et Saint-Briac, il y a un an : https://actu.fr/bretagne/saint-jacut-de-la-mer_22302/video-bretagne-une-baleine-a-bosse-filmee-tout-pres-des-cotes_41452091.html

Bronze sculpture Colcombet baleine à bosse

Ma baleine mesure environ 45 cm de long x 21 cm de haut. Le modèle en bronze devrait être disponible en juin. Elle sera probablement patinée de façon réaliste : gris foncé sur le dos, blanc sur le ventre.

Nouvelle création : le brocard

Voici un animal familier à toute personne qui se promène dans les bois, sait observer les lisières de forêt lorsqu’il prend le train et les champs lorsqu’il roule sur l’autoroute : le chevreuil, dont le mâle adulte porte le nom de « brocard ».

Bronze sculpture Colcombet chevreuil brocard

Ce charmant petit mammifère Artiodactyle (au nombre d’ongles pair), de la famille des Cervidés, a pour nom savant en Europe Capreolus capreolus. L’autre espèce, celle de Sibérie, se nomme Capreolus pygargus. En réalité, notre chevreuil d’Europe compte une dizaine de sous-espèces, très proches les unes des autres, les individus d’Europe de l’Est étant les plus grands.

Bronze sculpture Colcombet chevreuil brocard

Le chevreuil que l’on peut apercevoir en France ne mesure que 60 à 70 cm au garrot, soit l’équivalent d’une chèvre, et pèse 20 à 25kg. Il ne peut être confondu avec la biche – encore moins avec le cerf – beaucoup plus grande, au museau bien plus long et à mon sens moins gracieuse. Le chevreuil rappelle un peu les jolies petites gazelles d’Afrique (springboks, gazelles de Thomson, certains céphalophes, etc.).

Chevreuil brocard

Brocard (source : Wikipedia)

Le chevreuil mâle est coiffé de bois à trois pointes, qui tombent chaque année en octobre puis repoussent dès décembre, recouverts d’une peau ayant l’apparence du velours et dont l’animal se débarrasse au printemps. Les bois des animaux les plus vieux possèdent des petites excroissances que l’on appelle perlures. Il arrive que suite à des chocs, des problèmes d’alimentation, de santé, de dégénérescence, les bois prennent des formes anormales, curieuses ; on parle alors de « perruques ».

Chevreuil brocard

« Chevreuil à perruque » pris en photo au zoo de Cordoue (Espagne)

Lorsque j’étais jeune, on voyait peu de chevreuils et il fallait se rendre en Allemagne ou en Autriche pour en apercevoir près des routes. Dans les années 1990, alors que le nombre d’animaux avait déjà bien augmenté, les scientifiques estimaient que notre pays pourrait en abriter 800 000 têtes au maximum. Aujourd’hui, les comptages, difficiles, permettent de situer leur population entre 1,5 et 2 millions d’animaux !

Chevreuil brocard velours

Chevreuil « en velours »

On voit très peu de chevreuils dans les zoos, je ne sais pourquoi – il est vrai qu’on voit également peu de cerfs. Peut-être parce que le brocard est très agressif pendant le rut. Je me souviens d’un gardien de zoo qui expliquait qu’il entrait dans presque toutes les cages sans arme mais que dans celle du chevreuil, il avait toujours un fort bâton sur lui. Même si ces faits restent très rares, on entend régulièrement parler de promeneurs attaqués par un brocard irascible. En forêt en été, peut-être entendrez-vous les aboiements du chevreuil, qui ressemblent à ceux d’un chien, comme on peut le constater sur cette vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=dGDQ9VwO2BE

Au moment du rut, les combats de chevreuils sont violents : https://www.youtube.com/watch?v=-HnE-fzSNgE

Si leur densité n’est pas trop importante, les chevreuils causent assez peu de dégâts aux cultures mais ils mangent les jeunes pousses des arbres, nuisant à la croissance des végétaux, et apprécient particulièrement les rosiers et plantes de nos jardins. Les cerfs, qui eux vivent en forêt, causent des dégâts beaucoup plus importants.

Bronze sculpture Colcombet chevreuil brocard

Les prédateurs des chevreuils sont les lynx (il n’y en a pas beaucoup en France…), les loups, qui préfèrent les moutons, les voitures et l’homme. Les renards et les chiens errants s’attaquent aux jeunes mais ne peuvent venir à bout d’un adulte en bonne santé.

Enfin, une précision : le cerf de Virginie est appelé « chevreuil » par les Québecois mais il s’agit bien d’un cerf, qui mesure plus d’un mètre au garrot.

Mon chevreuil mesure 24 cm de haut et 22 cm de long. J’observe que, curieusement, cet animal a peu inspiré les grands sculpteurs du XIXème siècle. Antoine-Louis Barye (1795-1875), par exemple, n’en a pas représenté un seul alors qu’il a modelé de nombreux cerfs. Pierre-Jules Mêne (1810-1879), lui, en a fait une petite dizaine, mais souvent de très petite taille, comme ce groupe qui ne mesure que 10 cm de haut, et en fait, il a plusieurs reprisles mêmes sujets en les isolant ou les mettant en groupe. Son « Chevreuil buvant », plus grand, est néanmoins très beau.

Bronze Mêne chevreuils

Clovis Masson a modelé un chevreuil à propos duquel j’ai fait une note visible ici : http://colcombet.com/la-valeur-dun-bronze-le-chevreuil-de-c-masson/

Chevreuil brocard sculpture Masson

NOUVELLE CREATION : L’AUTRUCHE

On me demande fréquemment si j’ai déjà modelé des oiseaux et la réponse est évidemment positive : casoar, fou de Bassan, cormoran, vautour font partie de mon bestiaire. J’ai choisi d’y ajouter un animal étrange, que tout le monde connaît : une autruche.

Sculpture Colcombet terre autruche Afrique

Comme les autres ratites, c’est-à-dire l’émeu, le nandou, le casoar et le kiwi, l’autruche est inapte au vol car dépourvue de bréchet, cet os à forte crête présent sur le sternum et tenant les puissants muscles permettant d’activer vigoureusement les ailes. Lorsqu’on découpe un poulet, on voit parfaitement cet os qui sépare les deux blancs. Dommage que l’autruche ne puisse voler car ce serait très impressionnant ! On n’ose imaginer un vol d’autruche en migration…

Rencontre un peu impressionnante avec une autruche au zoo de Ziniaré (Burkina Faso).

Pas de clôture entre nous et un air peu engageant de l’oiseau.

Les ratites comptaient aussi l’oiseau-éléphant de Madagascar, qui pouvait mesurer 3,50 m de haut et dépasser les 500 kg, et le moa de Nouvelle-Zélande, encore plus grand et qui atteignait 4m de haut. Le premier a disparu vers l’an 1000 et le second aux environs du XVème siècle. L’œuf de l’oiseau-éléphant pouvait mesurer plus de 30 cm de long et avoir une contenance de 9 litres, soit sept fois le volume d’un œuf d’autruche.

Autruche Namibie

Autruche dans le Parc national d’Etosha (Namibie)

La famille des Struthionidae ne compte qu’une seule espèce, l’autruche d’Afrique, et quatre sous-espèces : autruche d’Afrique du Nord, d’Afrique du Sud, des Massais et de Somalie mais certains spécialistes considèrent que cette dernière est une espèce à part entière. Ces différentes sous-espèces se reconnaissent essentiellement à la couleur du cou. L’autruche d’Afrique du Nord, par exemple, est appelée autruche à cou rouge ; elle a la réputation d’être plus agressive que les autres et on ne la rencontre pas dans les élevages.

Elevage d’autruches près de Conques (Aveyron)

L’autruche mâle se reconnaît à son plumage noir et blanc, celui des femelles étant brun-gris, plus terne. Un grand mâle peut mesurer 2,50 m de haut et peser 150 kg. Cet oiseau est connu pour la taille de ses œufs (environ 1,5 kg) et sa capacité à courir très vite : jusqu’à 70 km/h. Sa viande savoureuse, ses grandes plumes aériennes, son cuir très solide ont conduit à la multiplication des élevages, qui ne sont pas très difficiles à gérer, compte tenu de la rusticité de cet oiseau, qui peut vivre jusqu’à 70 ans en captivité.

Sculpture Colcombet terre autruche Afrique

Le pied de l’autruche est étonnant : il n’est formé que de deux doigts, l’un long et terminé par une énorme griffe dont se sert l’oiseau pour se défendre, et un autre, court et sans griffe. Un coup de pied d’autruche peut éventrer un homme. Dotée d’une très bonne vue, l’autruche est une vigie appréciée des autres animaux sauvages d’Afrique. On la trouve donc souvent à proximité des troupeaux d’herbivores (zèbres, antilopes, etc.). Pour une raison que j’ignore, elle laisse souvent pendre une aile ou les deux et c’est ainsi que je l’ai représentée.

Sculpture Colcombet terre autruche Afrique

La difficulté pour le sculpteur est double : parvenir à représenter l’air hautain et – disons-le – assez stupide de l’autruche sans tomber dans la caricature et rendre l’aspect léger, floconneux et vaporeux, du plumage. L’autruche est un animal assez peu représenté en sculpture. Dans Animals in bronze, Christopher Payne n’en mentionne que trois au quatre dont le beau modèle de Rembrandt Bugatti.

Cain lion autruche bronze

Lion et autruche – Auguste Cain (1821-1894)

On peut encore mentionner celle de Jos. Pallenberg ou, parmi les modèles contemporains, celle de Roch Vandromme et une autre d’Isabelle Brizzi. Il est curieux que Barye, habitué des zoos, ne se soit pas attaqué à cet intéressant sujet.

Autruche

Autruche mâle

Mon autruche, qui mesure environ 25 cm de haut, sera posée sur un petit socle, indispensable à sa stabilité. En étudiant le cou de cet oiseau, j’ai découvert que curieusement, la trachée tourne autour du cou : en haut, sous le bec, elle est placée devant le cou et en bas, elle est située derrière !

Autruche Namibie

Autruche dans le Parc national d’Etosha (Namibie)

L’édition en bronze devrait sortir en mai-juin. Sa réalisation demandera un peu de travail sur la cire pour affiner encore les pattes et peut-être le cou.

NOUVELLE CRÉATION : LE REQUIN GRIS DES RÉCIFS

Continuant à explorer avec joie le monde marin, j’ai réalisé un Requin gris des récifs (Carcharhinus amblyrhynchos). Depuis la lecture, il y très longtemps, du fameux « Géants des mers » d’Anita Conti (1899-1997), première femme océanographe française, je voulais modeler ce poisson. Je me souviens notamment qu’elle y décrivait l’encoche qu’ont tous les requins en haut de la queue et qu’elle trouvait très pratique pour les tenir et les tirer hors de l’eau. Je ne peux voir un requin sans avoir une pensée pour cette grande dame qu’était A.Conti. Je garde aussi en mémoire le requin de 1,5 m de long (un « Hâ ») pêché par mon père et ses amis près du Cap Fréhel en Bretagne, et que j’avais longuement admiré.

Requin gris des récifs – Modèle en terre

J’ai choisi cette espèce précise de requin, également appelé Dagsit ou Requin à queue noire, à ne pas confondre avec le « Requin gris » (Carcharhinus plumbeus) plus grand et au museau plus long et fin, parce qu’il présente le profil-type du requin tel qu’on l’imagine. A la différence, par exemple, du grand requin blanc en forme de tonneau et au nez pointu, du requin marteau si curieux, du requin pèlerin au museau exagérément allongé, le requin gris des récifs a un beau profil aérodynamique, de grandes nageoires, une longue queue. Son museau est assez court et un peu aplati, son œil circulaire ou presque. Il se caractérise aussi par des nageoires pectorales en forme de faux, une nageoire dorsale bien triangulaire, sans crête vers la deuxième et plus petite nageoire dorsale. Le bord de la queue présente une bordure noire.

Requin gris des récifs bronze sculpture Colcombet

Le requin gris des récifs mesure généralement moins de 2 mètres de long et pèse moins de 40 kg. Son habitat se situe près des récifs de la zone indo-pacifique, qui s’étend des côtes africaines orientales jusqu’aux côtes milieu du Pacifique. C’est un poisson assez agressif tant envers les autres requins qu’avec l’homme, qu’il peut mordre fortement s’il s’estime en danger. Il annonce ses attaques par une posture d’agressivité caractéristique : museau relevé et mâchoires en avant, dos exagérément courbé, ondulations latérales. 

Bronze sculpture Colcombet requin gris

Montage avec le requin gris des récifs (en terre) sous plusieurs angles

Ce squale a un comportement mi-solitaire lorsqu’il chasse, mi-grégaire le reste de la journée et il peut alors former des groupes de plusieurs dizaines d’individus, essentiellement des femelles. Celles-ci sont vivipares : les jeunes se développent dans le corps de la femelle. La gestation est très longue : 12 à 14 mois, et seuls 4 à 6 petits naissent tous les deux ans.

Bronze sculpture Colcombet requin gris

A cause de l’extension des zones de pêche, de la dégradation des récifs coralliens, du braconnage, le requin gris des récifs est classé par l’UICN comme espèce quasi-menacée.

Bronze sculpture Colcombet requin gris

NOUVELLE CRÉATION : LES ORQUES

Voici une nouvelle création, encore en terre (peinte) : un groupe de 5 orques. Après le cachalot, la baleine bleue, trois petits narvals – que je ne mettrai sur mon site qu’une fois fondus en bronze – je continue ainsi à explorer le fascinant univers des mammifères marins.

Sculpture-bronze-Colcombet-orque-épaulard

Probablement monté ainsi, le groupe des Orques devrait mesurer environ 85 cm de long.

L’orque (Orcinus orca) est un Odontocète, autrement dit un cétacé à dents (la baleine bleue est un cétacé à fanons), comme les globicéphales, cachalots, narvals, dauphins, bélugas et marsouins. C’est un très gros animal, dont la silhouette noire et blanche est bien connue de tous. Un grand mâle peut mesurer plus de 9 mètres de long et atteindre 10 tonnes. Les femelles sont plus petites. La différence la plus nette entre les deux sexes se situe sur la nageoire dorsale : relativement courte et arrondie chez la femelle, elle est très haute (jusqu’à 2 mètres), fine et droite chez le mâle. L’autre nom de l’orque, « Epaulard« , vient d’ailleurs du vieux français espaart qui a donné les mots épée ou encore espar (élément de gréement long et rigide).

Sculpture-bronze-Colcombet-orque-épaulard

Modèle du grand mâle, encore en terre (long. : env. 33 cm)

L’orque a un corps apparemment massif et c’est d’abord ainsi que je l’ai modelé mais je ne parvenais pas à rendre la puissance de l’animal. Après quelques recherches et analyse de photos prises au Marineland d’Antibes, j’ai constaté qu’en fait, l’orque mâle était longue et effilée, et que sa tête était de petite taille. En la modelant, j’avais d’ailleurs le sentiment de travailler sur le bout du fuselage d’un avion, au niveau du cockpit. Le sommet du crâne des épaulards est arrondi, formant ce que l’on appelle un melon nécessaire à l’écholocation, que les Odontocètes maîtrisent parfaitement, comme les chauve-souris, les chouettes et hiboux et certaines musaraignes. Il y a bien sûr des différences de profil entre les orques, certains individus ayant une bosse très marquée, d’autres moins. Chez le beluga, cette petite baleine blanche, le melon est très proéminent

Sculpture-bronze-Colcombet-orque-épaulard

Orques au Marineland d’Antibes. A gauche, un mâle et à droite une femelle.

Chez tous les mammifères marins, la queue est horizontale alors que chez la plupart des poissons (ne parlons pas ici des poissons plats), notamment les requins, elle est verticale. La nageoire dorsale de l’orque est située à peu près au milieu du corps. Les nageoires pectorales sont longues et surtout très larges, formant de larges « battoirs ». Les taches blanches se situent tout le long du ventre, sous la queue et derrière l’œil. Une tâche grise en forme de selle, plus ou moins visible selon les individus et aux contours un peu flous, se situe juste derrière la nageoire dorsale.

Sculpture-bronze-Colcombet-orque-épaulard

Orque au Marineland d’Antibes

On ne connaît pas bien la population totale des orques, qui ne sont pas inscrites sur la liste des espèces en danger. On évoque le chiffre de près de 100 000 individus, répartis en groupes bien identifiés et  souvent sédentaires. Les orques peuvent voyager sur toutes les mers du globe – on en a vu récemment dans le détroit de Gibraltar – mais elles se situent généralement dans les mers froides. Elles y trouvent leurs proies, très variées : poissons, phoques et otaries mais aussi manchots, requins, baleines… Parmi les nombreuses vidéos montrant la rencontre, plus ou moins agressive, entre des orques et des baleines : https://www.nationalgeographic.fr/animaux/video-un-groupe-dorques-attaque-une-baleine-bleue

Sculpture-bronze-Colcombet-orque-épaulard

Modèle d’une femelle, encore en terre.

Début 2019, un petit groupe d’orques s’est attaqué à une baleine de près de 20 mètres de long et est parvenue à la tuer. Une cinquantaine d’épaulards ont participé au festin. Les scientifiques s’étonnent de la parfaite coordination entre les orques lorsqu’il s’agit de cerner, diviser puis attaquer un banc de poissons. En dehors de l’Homme, qui ne le chasse plus depuis bien longtemps, l’orque n’a pas de prédateur.

Sculpture-bronze-Colcombet-orque-épaulard

Petit montage de mes cinq orques en terre (et en mer !)

A l’état sauvage, les orques, très curieuses, s’approchent assez facilement de l’Homme et de ses embarcations. Voici une vidéo stupéfiante où l’on mesure la vitesse que peut atteindre une orque : https://www.youtube.com/watch?v=x8JsWiGx50M

Mon groupe d’orque est formé d’un grand mâle, de deux femelles adultes et de deux jeunes dont un mâle. Pour vérifier l’exactitude anatomique de mes animaux, je les ai peints alors qu’ils sont encore en terre. Je ne sais pas encore ce qu’il sera possible et souhaitable de faire sur le bronze : patine colorée comme ici ou patine noire ? A voir…

Sculpture-bronze-Colcombet-orque-épaulard

NOUVELLE CRÉATION : LA BALEINE BLEUE

Dix-huit mois après le cachalot, dont la création m’a procuré beaucoup de plaisir, voici un nouveau mammifère marin, encore en terre : la baleine bleue (long. : env. 55 cm).

Bronze sculpture Colcombet baleine bleue rorqual

Tout le monde ou presque connaît ce gigantesque animal, mais peu en ont vu réellement. Des livres d’enfants aux jeux de famille, des puzzle aux gravures anciennes, des ouvrages de Buffon aux beaux livres sur la faune, on ne peut compter les illustrations et photos de la baleine bleue, qui fascine par sa taille, sa forme et son aspect rassurant. Mais il faut reconnaître que les dessins sont parfois assez fantaisistes, avec très classiquement une baleine flottant sur l’eau, montrant ses fanons dans un étrange sourire et crachant un jet d’eau au dessus de sa tête !

Rappelons donc ici quelques notions élémentaires : la baleine bleue n’est pas un poisson mais fait partie de la famille des mammifères, animaux à sang chaud qui respirent en surface et allaitent leurs petits. Son ordre est celui des Cétacés, au sein duquel on distingue les Odontocètes, qui possèdent des dents (cachalots, orques, dauphins, marsouins, bélugas…) et les Mysticètes, dont la bouche est garnie de fanons qui jouent le rôle de filtres (baleines bleue, baleine franche, baleine à bosse, etc.).

Bronze sculpture Colcombet baleine bleue rorqual

Reconstitution grandeur nature d’une baleine bleue dans un hall de l’American Museum of Natural History.

L’autre nom de la baleine bleue est Rorqual bleu et on entend parfois aussi le nom de grand rorqual. On compte une quinzaine d’espèces parmi les Mysticètes dont les quatre baleines franches, la baleine à bosse bien connue pour ses grandes nageoires pectorales et ses sauts impressionnants hors de l’eau, sept espèces de rorqual, la baleine grise et la rarissime baleine pygmée, qui mesure 7 mètres de long.

Une baleine bleue adulte peut dépasser 30 mètres de long et 170 tonnes. Notons qu’il est difficile d’obtenir les mensurations exactes d’un tel animal ; celles que l’on connaît ont été relevées sur des animaux échoués ou pêchés : leur poids est soit une évaluation, soit une reconstitution à partir de différents morceaux de la baleine.

Bronze sculpture Colcombet baleine bleue rorqual

Squelettes de cétacés au Muséum d’histoire naturelle de Paris

A la différence du cachalot, la baleine bleue ne plonge pas très profondément, ce qui explique probablement sa vue faible. Propulsée par une queue puissante, la baleine bleue nage à environ 20 km/h mais peut accélérer jusqu’à 50 km/h. Son corps est long, effilé, sa tête est importante, occupant un bon quart de l’animal. Au sommet du crâne, un peu en avant des yeux, les narines forment un évent par lequel l’animal respire bruyamment en surface. Le jet de vapeur qui s’échappe lorsqu’il remonte de plongée peut mesurer plus de 10 m de haut. Avant de replonger, l’animal gonfle ses poumons et referme son évent pour éviter l’entrée de l’eau.

Bronze sculpture Colcombet baleine bleue rorqual

On peut s’étonner qu’en un bref passage en surface, la baleine parvienne à évacuer l’air vicié et aspirer les 5 000 litres d’air que peuvent contenir ses poumons. En réalité, ce géant des mers fait surface 10 à 20 fois de suite avant de plonger pour une durée de 10 à 15 minutes. Au moment de s’enfoncer dans les flots, elle arrondit son dos, laissant voir la petite nageoire dorsale et souvent la queue en entier, à la différence du rorqual commun qui ne la sort que très rarement.

Bronze sculpture Colcombet baleine bleue rorqual

Avant la pêche industrielle (jusqu’à 30 000 baleines pêchées pour la seule année 1930), la population des baleines bleues étaient considérable dans toutes les mers du monde. La population la plus importante se situait dans l’Atlantique et comptait entre 200 000 et 300 000 animaux !

Bronze sculpture Colcombet baleine bleue rorqual

Les baleines à fanons se nourrissent de planctons et petits poissons mais surtout de krill, crustacés de quelques centimètres proches des crevettes et qui se rassemblent en bancs de plusieurs kilomètres de long. La baleine ouvre son immense gueule et enfourne le krill et l’eau où il baigne, puis elle referme en partie la gueule et expulse l’eau, ses proies étant retenues par les fanons qui jouent donc le rôle de passoire. La baleine engloutit une telle quantité d’eau et de krill que sa gorge se déforme et enfle de façon grotesque, comme un gigantesque ballon, grâce aux plis que l’on voit sous la tête.

Voici une vidéo très éloquente : https://www.youtube.com/watch?v=-TRwh0vPquU

La baleine bleue bat des records en tous genres : sa langue pèse près de trois tonnes, son cœur 600 kg, son foie une tonne, son volume de sang est de 10 000 litres.

Hélas, je n’ai jamais eu l’occasion de voir de baleine bleue mais au Québec, près de Tadoussac, outre des petits rorquals et des bélugas, j’ai pu observer des rorquals communs, d’une taille déjà respectable puisqu’ils mesurent une vingtaine de mètres.

Bronze sculpture Colcombet baleine bleue rorqual

Rorqual commun – Tadoussac (Québec)

Quelle émotion, en scrutant la mer de la côte, d’apercevoir les jets de vapeur ! Et lorsqu’un rorqual nage sous le zodiac, pourtant grand, où l’on se trouve, on a l’impression de voir un avion passer sous ses pieds !

Bronze sculpture Colcombet baleine bleue rorqual

Rorqual commun – Tadoussac (Québec)

Ma baleine bleue est proportionnée avec le cachalot. Et je crois que je vais continuer quelques temps à explorer le monde marin…

Bronze sculpture Colcombet baleine bleue rorqual

Sculpture bronze Colcombet cachalots